Garçon : un Ricard et quatre Michelin svp

Vous lisez ce titre et vous vous dites « ah non, boire et conduire, ce n’est pas bien ! » … ou encore « ah oui, un p’ti jaune, ça ferait du bien ! » … tout faux !

Et non, il ne s’agit pas de notre potion magique préférée dont il est question dans cet article mais bien du Circuit Paul Ricard et des performances réalisées en partenariat avec Michelin.

Circuit Ricard Castellet

Circuit Paul Ricard :  championnats European Le Mans Series & FIA World Endurance Championship

Ceux qui suivent les deux événements sportifs cités ci-haut seront certainement au fait que la dernière semaine de mars a été importante pour la suite de la compétition : en effet, un série de tests officiels se déroulaient au Circuit Paul Ricard, au Castellet.

En présentation, durant ces essais, citons notamment les Audi (R8 LMS ultra), Ferrari (488 GT3), McLaren (650S GT3), Aston Martin (V12 Vantage GT3) et Lamborghini (Huracan GT3) étaient de la partie.

Dans quelle catégories MICHELIN s’est illustré ?

Pneu Michelin Competition Ricard

credit photo : Michelin

Voici d’abord pour les profanes un rappel des véhicules présents lors de ces essais au circuit Paul Ricard, et rien de tel que Wikipédia pour nous en expliquer l’essentiel, alors nous citons :

  • LMP1 :
    – minimum de 900 kg pour les voitures à essence et les Diesel.
    – minimum 3 400 cm³ pour les moteurs essence atmosphérique,
    – minimum 2 000 cm³ pour les moteurs essence suralimentés ou
    – minimum 3 700 cm³ pour les moteurs Diesel (suralimentés).
    Destinée plus particulièrement aux constructeurs.
  • LMP2:
    – minimum de 900 kg.
    – minimum 5 000 cm³ et 8 cylindres maximum pour les moteurs atmosphériques,
    – minimum 3 200 cm³ et 6 cylindres maximum pour les moteurs suralimentés (mono-turbo), -minimum 2 500 cm³pour les Diesel suralimentés.
    Destinée plus particulièrement aux équipes privées.
  • LMP3 : Catégorie d’« entrée » créée en 2015. Poids minimum de 900 kg. Moteur unique (Nissan V8 de 5 L développant 420 ch), châssis ouvert à tous les constructeurs. Le coût de la voiture complète ne doit pas excéder 195 000 euros.

source : http://europeanlemansseries.com/fr/elms/les-diff%25C3%25A9rentes-cat%25C3%25A9gories/4

En catégorie LMP1 (citons par exemple Audi R18, Toyota TS050, Porsche 919) où l’on retrouve pas mal de véhicules hybrides, Michelin s’est adapté aux évolutions des constructeurs pour proposer des pneus encore plus adaptés : si l’aérodynamique du véhicule a été remaniée, le pneu aussi doit être repensé.

C’est en LMP2 que le communiqué officiel de Michelin rapportait les plus impressionnantes des performances. Nous citons : « à l’unanimité, les équipes ont
mesuré un écart de performance important par rapport à l’an dernier. C’est le Français Olivier Pla, sur la Ligier JS P2–Nissan du Krohn Racing, qui a décroché le meilleur
chrono dès la première matinée, en parcourant les 5.791 mètres du tracé en 1 48’’100.’ « 

Prologue FIA WEC - Circuit Paul Ricard

credit photo : Antonin Grenier (DPPI) – Prologue FIA WEC – Le Castellet – 26/03/2015

Pour la 1ère catégorie mentionnée (LMP1), Michelin a fourni des pneus slick, hybrides, pluie, tous améliorés notamment au niveau de leur poids (jusqu’à 2Kg de moins par gomme) et adaptés quant à la taille (réduction de la bande de roulement de 5 cm).

L’avantage de ces essais qui ont eu lieu au Castellet (Paul Ricard) est qu’il permet à chaque équipe de s’évaluer par rapport aux autres, humainement et mécaniquement.

Nous laisserons le mot de la fin à Olivier Panis :  » Notre travail avec Michelin a permis de choisir les gommes pour la saison à venir. La base est bonne et la confiance est de mise pour Silverstone. « 

Source : Communiqué 29/03/2016 Michelin.com

Tu as aimé? Laisse une trace