Ciao, Pirelli. Ni Hao Pirelli

En voilà une nouvelle qui a ébranlé le monde du pneumatique en ce lundi 23 mars …
Pirelli, le symbole italien du pneu haut-de-gamme, celui dont le nom évoque tantôt la F1, tantôt le calendrier aux modèles dénudés, passe aux mains de l’empire financier chinois ChemChina.

Une transaction qui dégomme, en 6 points

Sans entrer dans les détails complexes des transactions en cours, (achat/rachat de part), tentons de résumer simplement la situation en quelques faits :

1- Pirelli est valorisé à +/- 7,1 milliards d’euros par les acheteurs chinois, l’action négociée aux alentours des 15 euros
2- Les parts sont rachetées majoritairement par ceux-ci, profitant notamment de la baisse actuelle de l’euro pour une transaction encore plus rentable
3- Un nouveau dirigeant sera nommé, l’actuel (Marco Tronchetti Provera, en poste depuis 1986) sera toutefois membre du Conseil d’administration et gardera un œil sur les activités de Pirelli. Il conservera le pouvoir de remettre ou non les titres de Pirelli en Bourse
4- La production de pneus poids-lourds et industriels sera transférée à une filiale du groupe chinois déjà active dans ce marché, Aeolus
5- Pirelli se concentrera sur des segments de marché précis, tels que le pneu haut-de-gamme
6- À moyen terme, le siège et le savoir-faire de Pirelli resteront en Italie.

 

Ciao, Pirelli. Ni Hao Pirelli 3.67/5
3 votes